Crise en Centrafrique : « Bozizé veut attirer l’attention de la France »

Pour faire face à la crise politique de son pays, le président Bozizé a limogé son fils au ministère de la Défense mais aussi le chef d’Etat major de l’armée centrafricaine, Guillaume Lapo. L’objectif, regagner l’estime de la population, très en colère. Mais pour l’opposition ce n’est pas suffisant. Le chef d’Etat centrafricain affirme également qu’il y a des jihadistes au sein des rebelles du Séléka pour attirer l’attention des Occidentaux sur le sort de son pays.

François Bozizé a réorganisé la défense de son pays. Après avoir limogé son fils au ministère de la Défense, c’est au tour du chef d’Etat major Guillaume Lapo d’être démis de ses fonctions. Un limogeage qui fait grincer des dents au sein de l’opposition centrafricaine, qui estime que ce n’est pas la solution pour régler la crise car l’armée doit être reconstruite en profondeur. Selon elle, les réformes devaient déjà être engagées il y a longtemps.

Bozizé a avant tout effectué ces limogeages pour calmer le mécontentement de la population, affirme Lydie Boka, spécialiste de la Centrafrique, contactée par Afrik.com. « Comme elle s’est sentie abandonnée, il fallait qu’il fasse un geste pour montrer qu’il a toujours les commandes dans le pays. Il fallait qu’il rectifie le tir, car les rebelles ont pris les 3/4 du pays en très peu de temps »

la suite

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *