Blocage anti-pub : Free s’engage à y mettre fin dans la journée

Free pensait séduire les utilisateurs en censurant les spots intrusifs mais l’initiative engendre des conséquences pour l’économie du Net. Depuis jeudi, la mise à jour de la «Freebox Révolution» par le fournisseur d’accès internet (FAI) provoque un tollé de la part des annonceurs et des sites internet. Lundi, la ministre de l’Economie numérique Fleur Pellerin a finalement obtenu de Fee qu’il mette fin au blocage de la publicité dans la journée.

La ministre a ainsi fait savoir qu’elle considérait «que la manière de procéder n’était pas acceptable». Free «s’est montré à l’écoute, responsable et va le faire dans les heures qui viennent», s’est félicité Fleur Pellerin. Dans la matinée, elle a reçu les représentants de la presse en ligne, des éditeurs, des représentants de régies publicitaires et d’annonceurs, puis lors d’une deuxième réunion, le directeur général d’Iliad – maison-mère de Free – Maxime Lombardini. «Les représentants des annonceurs et des éditeurs de contenus m’ont fait part des conséquences graves qu’un blocage généralisé de la publicité sur internet ferait peser sur l’économie globale du secteur numérique et sur leur modèle économique», rappelle-t-elle.

«Je regrette que cet incident ait pu avoir tendance à stigmatiser la publicité», poursuit la ministre car «le modèle de financement par la publicité est un modèle important pour un certain nombre de sites». Fleur Pellerin admet tout de même que «d’un point de vue politique, ce blocage n’est pas compatible avec ma vision d’un internet libre et ouvert où l’internaute reste maître». Ce qui explique sa première réaction, via le réseau social sur Twitter, lors de l’installation du mécanisme bloquant les publicités : «Peu fan de la pub intrusive, mais favorable à une solution du type no opt out par défaut. A discuter avec les éditeurs et Free».

Source

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *