DSK : chronologie de l’affaire du Carlton de Lille

La justice ayant rejeté mercredi les demandes de nullité soulevées par ses avocats, Dominique Strauss-Kahn reste mis en examen dans l’affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille. Dans cette affaire, neuf personnes sont mises en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée et, pour certaines, pour escroquerie, abus de biens sociaux et recel d’abus de biens sociaux.
DSK affirme lui qu’il ignorait que les femmes présentes aux parties fines auxquelles il a participé, notamment à Paris et Washington, étaient des prostituées. «La réalité c’est qu’un de mes copains organisait des soirées auxquelles j’ai participé. Comme il y avait des prostituées, me voilà accusé d’avoir conçu un réseau de prostitution à mon service, donc d’être un proxénète – c’est aussi artificiel qu’absurde. J’ai dit et je répète que j’ignorais que certaines de ces femmes étaient payées pour être là», a-t-il encore déclaré en octobre à l’hebdomadaire «Le Point».

Neuf jours après le dénouement des ennuis judiciaires de DSK aux Etats-Unis, retour sur les temps forts de l’affaire du Carlton de Lille.

Octobre 2011. Six mois après l’ouverture d’une information judiciaire, Jean-Christophe Lagarde, commissaire divisionnaire de police dirigeant la sûreté de Lille, est mis en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » et « recel d’abus de biens sociaux ». D’autres personnes sont impliquées, dont Dominique Alderweireld, surnommé « Dodo la saumure », David Roquet, directeur d’une filiale du groupe de BTP Eiffage, et Fabrice Paszkowski, responsable d’une société de matériel médical dans le Pas-de-Calais.

Source

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *